Apple lâche Intel

28 juin 2020
Actualités
Apple Silicon

Apple vient d'annoncer que d'ici à la fin de l'année 2020, sortiront ses premiers ordinateurs dotés d'un microprocesseur maison d'architecture ARM, et non plus Intel qui fournissait exclusivement Apple sur ce secteur depuis 2006.

En réalité, Apple développe déjà ses propres SoC (Socket on Chip, soit processeurs intégrés) sous licence ARM depuis plus de dix ans pour ses iPhone et iPad, sans oublier les montres connectées Apple Watch.

Alors, qu'est-ce qui pousse l'élitiste géant de Cupertino à changer ainsi d'architecture sur ses ordinateurs ? La rationalité d'abord. En effet, articuler toute sa gamme de produits informatiques autour d'une seule architecture matérielle permettra aux applications développées nativement pour Apple de fonctionner, sans portage, sur tous les terminaux de la firme, un sacré avantage, tant en termes de coût que de simplicité ! 

De plus, en maîtrisant l'entier de la conception matérielle et logicielle de ses produits, Apple maîtrisera aussi son calendrier, qu'il pourra faire coïncider avec ses projets, notamment sur le plan de l'intelligence artificielle, en adaptant les performances de son matériel, et ce d'autant plus que l'architecture ARM se veut plus performante que celle d'Intel, particulièrement en matière d'intégration et d'efficience énergétique.

Toutefois, de nombreuses questions demeurent, comme la compatibilité des anciennes applications : comme toujours dans pareils cas, Apple se veut rassurant : une version 2 de Rosetta, l'émulateur qui assura la transition Power PC / Intel en 2006, sera développée à l'intention des éditeurs, soit.

Et puis, Apple annonce aussi que les coûts de cette nouveauté, notamment en recherche et développement, éléveront le prix unitaire de ses produits...

Les nouvelles puces SoC s'appelleront Apple Silicon et le nouveau système d'exploitation qui les supportera se nommera Big Sur : wait and see.

 

 

 

 

Retour à la liste